Page d’Accueil Qui Sommes Nous Glossaire Islamique Commande de Livres Quibla Liens Contact
Français  >  Les connaissances de la foi correcte  >  Les 6 bases de amentu (de la foi)  >  La foi aux livres sacrés

Taille de la police      Imprimante
 
La foi aux livres sacrés

Question : Quel est le 3ème pilier de la foi ?
REPONSE
Le 3ème pilier de la foi, est la foi aux livres sacrés. L’expression (Vé kutubihi) dans Amentu commande de croire, d’avoir la foi aux livres envoyés par Allahu Téâlâ. Les livres envoyés et révélés par Allahu Téâlâ sont nombreux. Et ceux qui sont déclarés dans les livres de notre religion sont au nombre de 104 : 100 d’entres eux sont des petits livres (des livrets). On les appelles soukhouf.

100 soukhouf de ces livrets sacrés sont révélés à ces Prophètes :
10 soukhouf ont été envoyés au prophète Adem (Adam) «Paix et bénédiction soient sur lui»

30 soukhouf ont été envoyés au prophète Idris. «Paix et bénédiction soient sur lui»

50 soukhouf ont été envoyés au prophète Chit (fils d'Adam) «Paix et bénédiction soient sur lui»

10 soukhouf ont été envoyés au prophète. Ibrahim (Abraham) «Paix et bénédiction soient sur lui»

Les quatre grands livres sont révélés à ces prophètes :
1- Tevrat (Torah) :
Il a été envoyé (révélé) au prophète Mouça (Moïse) «Paix et bénédiction soient sur lui»

2- Zebour (Psaumes) : Il a été envoyé au prophète Davoud (David) «Paix et bénédiction soient sur lui»

3- Injil (Evangiles) : Il a été envoyé au prophète Issa (Jésus) «Paix et bénédiction soient sur lui»

4- Qour’an : Il a été envoyé au prophète Mouhammed «aleyhissélam, Paix et bénédiction soient sur lui».

Tous les livres sacrés sont révélés par Djébrail alaihisselam. Le Qour’an a aboli, annihilé la validité (les jugements) de tous les autres livres sacrés. C'est-à-dire, qu’ il a rassemblé, regroupé en lui leurs jugements. Aujourd’hui tous les gens doivent se soumettre au Qour’an. Actuellement, dans aucun pays, on ne peut trouver le vrai Evangile, ni la vraie Torah. Il existe de faux évangiles. Ces livres ont été déformés par la suite, c'est-à-dire transformés, modifiés par les gens. Même si ces livres sacrés avaient préservé leurs originalités, ils n’auraient aucune validité, car Allahu Téâlâ les a tous annulés.

La révélation du Qour’an el kérim s’est réalisée verset par verset et s’est achevée en 23 années. Le Qour’an-i kérim est valable jusqu’à l’apocalypse (jour du jugement). Il est préservé de toute invalidité ou de déformation par les gens. Celui qui croit que dans le Qour’an-i kérim, il y a des imperfections ou des exagérations n’aura pas cru en Allahu Téâlâ. Dans les versets Coranique, il est déclaré littéralement :
(C'est Nous qui avons fait descendre le Qour’an, et c'est évidemment Nous qui en sommes gardiens, qui le protègeront.) [Sourate Hijr 9]

(Le Qour’an est un livre qui n’a ni de semblable ni d’égal. Le faux ne l'atteint [d'aucune part], ni par devant, ni par derrière [on ne peut y faire aucune suppression ou on aucun ajout, car] : il a été révélé par Allahu Téâlâ qui a la sagesse et qui est digne de louange, que l’univers Le louange.) [Sourate Fussilet 41-42]

Question : Comment les livres sacrés ont été révélés aux prophètes ? Quel est le contenu de ces livres ?
REPONSE:
Allahu ta’âlâ a envoyé ces livres aux oreilles bénies de plusieurs Prophètes par l’intermédiaire des anges préparés à cette tâche. Aux uns, IL a révélé ces livres en les inscrivant sur une table, aux autres en les faisant entendre sans l’aide des Anges. Tous ces livres sont la parole de Allahu ta’âlâ. Ils sont éternels et impérissables. Ils ne sont pas créés. Ce ne sont pas des mots inventés par les anges, ni les paroles des prophètes. La parole de Allahu ta’âlâ n’est pas comme les mots que nous écrivons et que nous conservons dans les esprits et les écrits. Elle ne comporte pas de lettres ou de sons. L’homme ne peut pas comprendre comment est Allahu ta’âlâ et comment sont Ses attributs. Mais on peut lire cette parole. L’homme peut la garder dans son esprit et la noter. Quand elle est en nous, elle est un fait récent. Ce qui veut dire qu’elle est la parole de Allahu ta’âlâ, elle est éternelle.

Donc la parole de Allah a 2 aspects : quand elle est récitée par les gens, elle est créée (makhlouq) et n’est pas éternelle. Quand on pense que c’est la parole de Allahu Téâlâ, elle est éternelle.

Question : Certains disent que le Qour’an est inspiré dans le cœur de notre prophète (alaihisselam). Quelle est la vérité ?
REPONSE
Les mots arabes dans le Qour’an sont révélés en étant alignés sous forme de versets (ayat) par Allahu teala. Djébraïl alaihisselam a lu ces versets avec ces mots, ces lettres et notre Prophète (alaihisselam) les a étudiées en les écoutant avec ses oreilles bénies et les a fait lires, réciter à ses nobles compagnons. Quand notre Prophète déclare ce qui est déclaré par Allahu teala à son cœur, et qu’il les expliques en arabe, on appelle ces paroles ‘hadith-i kudsi.’

Djébraïl alaihisselam venait une fois par an, il récitait le Qour’an révélé jusqu’à ce moment selon son ordre au Lawhil Mahfuz et notre prophète l’écoutait et le répétait. L’année où notre cher Prophète est décédé, l’ange Djébraïl alaihisselam est venu 2 fois et a récité tout le Qour’an entièrement. Notre cher Prophète (aleyhissélam) et nombres de ses compagnons l’avaient appris entièrement par cœur. Et certains avaient appris que quelques chapitres et d’autres avaient rédigé plusieurs de ses chapitres.

Quand notre cher Prophète (aleyhissélam) est décédé, le calife Hazret-i Ebu Bekir (radiyallahu anh), a rassemblé ceux qui connaissaient le Qour’an par cœur puis il a réuni les parties écrites et a fait rédigé sur papier tout le Qour’an par cette assemblée. De cette manière, le mouskhaf (le Qour’an écrit sur papier) a été réalisé. 33 000 compagnons de notre cher Prophète (sallallahu aleyhi wa sallam) se sont mis d’accord, unanimement, que chaque lettre du Qour’an-i kérim était à sa bonne place. Le 3ème calife Hazet-i Osman, à la 25ème année de l’Hégire, a fait écrire encore 6 mouskhaf (livret, recueils) et les a envoyés au Bahreïn, à Damas, Bassora, Bagdad, Yémen, la Mecque et Médine. Aujourd’hui, partout dans le monde, les mouskhaf ont été copiés sur le modèle de ces 7 mouskhaf. Il n’y a pas une seule différence de lettre entre ces mouskhaf (recueils de Qour’an).

Dans le Qour’an-i kérim, il y a 114 sourates (chapitres) et 6236 ayat (versets). Au sein de la population, on fait circuler la rumeur, qu’il y a 6666 ayat. Même s’il est déclaré que le nombre des versets est de moins ou plus de 6236, cet écart provient du fait qu’on a comptabilisé un long verset en quelques petits versets, en versets courts et quelques petits versets en un long verset ou que l’on a compté la Basmala se trouvant au début des chapitres comme un verset ou chacun comme un verset à part entier. (B. Arifin)

Question : Quel est le plus grand miracle de notre cher Prophète Mouhammed (sallallahu aelyhi wa sellem) ?
REPONSE:
Le plus grand de ses miracles est le Qour’an-i kérim. Tous les poètes d’hier jusqu’à aujourd’hui, ont été incapables de reproduire des écrits identiques et ont tous été fascinés par les vers et la signification du Qour’an. Ils n’ont pu dire ou écrire une chose semblable à l’un de ses versets. Son éloquence et sa rhétorique ne ressemblent à aucune des paroles humaines. C'est-à-dire que si l’on y retire un mot ou on y ajoute un, la beauté de son éloquence et sa signification se déforment. Ceux qui ont cherché d’autres mots pour le remplacer par un autre des leurs, ils n’ont pas réussi. Ses vers ne ressemblent pas à ceux des poètes arabes.

Il annonce beaucoup de choses qui ont eu lieu dans le passé et qui auront lieu dans le futur. Même fatigué, ceux qui l’écoutent et le lisent ne s’en lassent pas. On a compris par d’innombrables expériences que le lire et l’écouter dissipent les ennuis. On a vu aussi qu’il provoquait la crainte dans le cœur de ceux qui l’écoutent, et certains en sont même morts. De nombreux ennemis acharnés de l’Islam, sont devenus musulmans en écoutant le Qour’an parce que celui-ci a attendri leur cœur. Et même si des ennemis de l’Islam et des bigots portant des noms musulmans comme muattala, mélahiddé et karamita, ont essayé de déformer, changer et dire des textes semblables au Qour’an-i kérim, aucun d’entre eux n’y est parvenu.

Toutes les sciences et les beautés introuvables ainsi que les expériences et vertus qui procurent aux hommes la supériorité et la bonté sont clairement déclarées ou se trouvent dans le Qour’an. Les personnes douées d’intelligence comprendront cela et seront assurés du bonheur dans ce monde et de celui de l’au-delà.

Toutes les sciences se trouvant dans les livres sacrés, dans la Torah, les Psaumes et l’Evangile, sont déclarées dans le Qour’an-i kérim. Seul Allahu Téâlâ connait l’ensemble des sciences qui se trouvent dans le saint Qour’an. Il en a déclaré la plupart à notre cher Prophète Mouhammed (alaihisselam).

Lire le saint Qour’an est un grand bienfait, une immense faveur. Allahu Téâlâ a donné ce bienfait aux musulmans pour l’amour de Son Aimé (Habibullah, notre bien prophète). Les anges sont privés de cela. C’est la raison pour laquelle, ils se rassemblent à l’endroit où on lit le Saint Qour’an et l’écoutent.Toutes les interprétations (tafsir) déclarent très peu des sciences (des secrets) du Qour’an-il kérim. Au Jour du Jugement Dernier, quand notre Prophète aleyhissélam montera sur le minbar et quand il récitera le Saint Qor’an, ceux qui l’écouteront comprendront toutes ces sagesses.

La Torah et les Evangiles d’aujourd’hui
Question :
Que pouvez-vous nous dire au sujet de la Torah et des Evangiles d’aujourd’hui ?
REPONSE:
Si on les étudies attentivement, on verra que la Torah et les Evangiles sont formés de 3 parties:
1- Les écrits de la première partie peuvent correspondre à la parole de Allah.

2- Il se peut que les écrits de la seconde moitié se rapportent aux dires des Prophètes.

3- Enfin, les écrits de la 3ème partie de ces livres peuvent correspondent d’une part aux déclarations des apôtres de Issa (Jésus) alaihisselam, d’autre part, aux paroles des historiens mais aussi aux nouvelles qui ont été rapportées par des anonymes, dont on ignore les circonstances les raisons de leurs déclarations. Aujourd’hui, dans une grande partie de la Bible on peut dénombrer de nombreuses paroles dites par des inconnus, mais ce qui est sur, c’est qu’elles sont d’origine humaine. Il est aujourd’hui impossible de considérer, d’affirmer et d’accepter ces dires comme étant les paroles de Allahu Téâlâ.

On ne peut pas considérer comme Livre sacré, un livre dont une partie est composée par les paroles de Allah, une autre par des paroles de prophètes, et que la plus grande partie soit une déclaration venant de personnes inconnues. Le fait que l’on trouve des erreurs scientifiques évidentes dans les parties attribuées aux paroles des gens, ainsi que les contradictions dans les passages qui relatent pourtant le même récit, et l’incohérence des chiffres exposés prouvent clairement que L’Evangile et la Torah sont des ouvrages écrits par la main de l’homme. Que disent les théologiens et scientifiques chrétiens à ce sujet, est-ce que les Evangiles d’aujourd’hui sont la parole de Allah ou est-ce l’œuvre de l’homme ? Voici leurs témoignages:
Le docteur W.Graham Scroggie de la Moody Bible Institute, une prestigieuse mission évangélique située à Chicago, a dit :
« Oui, la Bible est d’origine humaine, bien que certains aient affirmé le contraire, plus par zèle que par érudition. Les livres qui composent la Bible ont été pensés par des hommes, rédigés dans le langage des hommes, écrits par la main des hommes et leur style est caractéristique de celui des hommes... C’est un livre humain, mais aussi divin. » [P. 17]

Un autre érudit Chrétien, Kenneth Cragg, l’évêque anglican de Jérusalem dit :
« Dans le Nouveau Testament... [il y a des textes] condensés et révisés, des reproductions de choix et des témoignages. Les évangiles ont survécu à leurs auteurs et sont demeurés présents dans l’esprit de l’Église. Ils représentent à la fois l’expérience et l’histoire... »

« C’est un fait connu que l’Évangile original fut transmis oralement et que de cette tradition orale ont découlé toutes sortes de variantes. Il est également vrai que lorsque les faits historiques du christianisme furent mis par écrit, ils continuèrent, oralement, à être l’objet de variantes diverses, volontaires ou non, ce qui eut une influence sur les scribes et les rédacteurs. » [3]

« En fait, chaque livre du Nouveau Testament, à l’exception des quatre épîtres de Paul, est, de nos jours, plus ou moins sujet à controverse et diverses insertions y sont maintenues. »

Le docteur Lobegott Friedrich Konstantin Von Tischendorf, un des plus inflexibles défenseurs chrétiens de la trinité, dû lui-même admettre :
« Plusieurs passages [du Nouveau Testament] ont subi de si profondes modifications de sens qu’ils nous laissent dans une douloureuse incertitude sur ce que les apôtres avaient réellement écrit. »[5]

Après avoir énuméré plusieurs exemples d’affirmations contradictoires dans la Bible, le docteur Frederic Kenyon dit :
« En plus des contradictions flagrantes comme celles [que je viens d’énumérer], il n’y a guère de versets dans lesquels nous ne retrouvons pas de variantes [dans les copies des anciens manuscrits à partir desquels la Bible a été assemblée]. Personne ne peut se dire indifférent à ces ajouts, omissions ou altérations. »

Le Théologien Prof. Geyser dit :
(La Bible n’est pas la parole de Allah. Ceci dit, c’est quand même un livre sacré.)

Toutes les « versions » de la Bible ayant précédé la version révisée de 1881 dépendaient des « anciennes copies » (celles datant d’entre cinq et six cents ans après Jésus). Les réviseurs de la Version Standard Révisée de 1952 furent les premiers spécialistes de la Bible à avoir accès aux copies les plus anciennes datant de trois à quatre cents ans après Jésus. Il va de soi que plus un document est temporellement proche de sa source, plus son authenticité devrait être grande. Voyons quelle est l’opinion de la chrétienté par rapport à la plus révisée des versions de la Bible (révisée d’abord en 1952, puis en 1971) :
« La meilleure version qui ait été produite au cours de ce siècle. » - (Journal Church of England)

« Une toute nouvelle traduction faite par des érudits de la plus haute éminence. » (Times, supplément littéraire)

« Toutes les caractéristiques hautement appréciées de la version autorisée alliées à une nouvelle justesse dans la traduction. » - (Life and Work)

« La traduction la plus fidèle, qui se rapproche le plus de l’original. » - (The Times)

Même la maison d’édition (Collins) mentionne dans ses notes, à la page 10 :
« Cette Bible est issue du travail de trente-deux érudits secondés par un comité consultatif représentant cinquante dénominations ayant coopéré entre elles. »

Voyons maintenant ce que ces trente-deux érudits chrétiens de la plus haute éminence, secondés par cinquante dénominations chrétiennes ayant coopéré entre elles, ont à dire au sujet de la version autorisée (connue, en anglais, sous l’appellation de King James Version (KJV)). Dans la préface de la Version Standard Révisée de 1971, on peut lire :
« ... La King James Version comporte de graves erreurs... »

Le groupe d’érudits affirme également:

« ... ces erreurs sont si nombreuses et si graves qu’elles nécessitent une révision du texte en profondeur. »

Le magazine « Awake » du 8 septembre 1957 des Témoins de Jéhovah titrait : « 50 000 erreurs dans la Bible! » et l’article en question affirmait : « ... la Bible contient probablement plus de 50 000 erreurs... qui se sont immiscées dans le texte... 50 000 erreurs graves... ». Puis, après des révélations aussi percutantes, ils ajoutent : « ... mais prise dans son ensemble, la Bible demeure un ouvrage fiable. » Dans les textes qui suivent, nous jetterons un coup d’œil sur seulement quelques-unes de ces erreurs.

Par conséquent, nous pouvons dire à propos de la Bible, en adéquation avec les hommes de science occidentaux que : La Bible n’est pas la parole de Allah. La vraie Torah et Evangile qui sont la parole d’Allah sont aujourd’hui tout à fait déformées et transformées en un autre livre. Dans les Evangiles d’aujourd’hui à côté des paroles qui peuvent être la parole d’Allah, il y a aussi beaucoup de paroles y ajoutées, des présomptions et des histoires.

Le deuxième point est que; si l’on admet que les Evangiles d’aujourd’hui sont la parole de Allah, leurs validités est désormais périmées, ils ne sont plus valides. Même si on trouvait les originaux des livres révélés à Adam (Adem) et Noé (Nuh) alaihimesselam, on ne peut pas agir selon les jugements de ces livres, car leur validité a été annulé. Allahu Téâlâ a supprimé leur validité. Il faut agir, vivre selon la dernière religion qu’Il a révélée. Si ce n’était pas ainsi, IL aurait envoyé un seul livre et aurait ordonné aux prophètes d’agir selon cet ouvrage. En somme, les sujets pour la pratique tout comme ceux de la croyance seraient les mêmes dans toutes les religions. Si Allah n’avait pas abrogé la validité du Christianisme, IL n’aurait pas envoyé Islam.

 
Retour
 
 
 
CLAVIER  


http://www.notrereligionislam.com/detail.asp?Aid=4787
Date de mis à jour
22 Eylül 2017 Cuma
Les informations dans notre site sont préparées pour le profit de tous les humains. Tout le monde
peut s'en servir,  sans autorisation, à condition de rester fidèle à l’original.
Faire ma page d’Accueil  |   Ajouter aux Favoris  |  Share Partage
Nombre de Visiteurs


Hosted by Ihlas Net